En 2018, l’entreprise néo-zélandaise Perpetual Guardian met en place une expérience très ambitieuse. Afin de rééquilibrer la vie professionnelle et personnelle de leurs 240 employés, ils décident de supprimer un jour de travail, passant ainsi d’une semaine de 5 jours à une semaine de 4 jours tout en continuant à leur verser le même revenu. Leur but était de voir s’ils pouvaient conserver le même niveau de résultats de l’entreprise tout en dégageant une journée libre. Perpetual Guardian a testé cette semaine de 4 jours pendant 2 mois tout en mesurant les résultats et le ressenti de leur équipe. Durant cette expérience, les employés étaient suivis par une équipe d’universitaires qui analysait leur ressenti et les changements que cela générait au sein de l’équipe.

Au bout de deux mois de test, les résultats ont été bluffants. L’entreprise a gardé le même niveau de résultat, le stress de l’équipe a diminué, les employés sont plus satisfaits de leur équilibre de vie et l’engagement / le leadership/ et l’autonomie au sein de Perpetual Guardian ont fortement augmenté.Fort de cette expérience, la structure a décidé de garder ce rythme.

Une belle initiative qui permet de remettre en cause nos habitudes de travail.

Il y a 20 ans ce qu’on faisait en une semaine, nous le faisons aujourd’hui en une journée grâce aux nouveaux outils. Quand il fallait écrire des courriers, et contacter 200 journalistes nous écrivions chaque lettre. Aujourd’hui s’adresser à 200 journalistes ne nous prend que quelques minutes de notre temps de travail. La pression et la charge mentale se sont fortement accélérées ces dernières années, imposant à notre corps et à notre cerveau une fatigue bien supérieure.

 

Les employés ont besoin aujourd’hui d’un véritable équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Le concept de la semaine de 4 jours répond à ces besoins.  

C’est un rythme encore trop peu développé dans nos entreprises et pourtant, nombreux sont les salariés à en rêver.

Selon une étude menée en 2019 par l’ADP «  The Workforce View in Europe », 59% des Européens de 25-44 ans sont enclins à avoir un jour de libre en plus dans la semaine. Et 78% d’entre eux seraient prêts à travailler plus d’heures sur une journée pour que leur revenu ne soit pas réduit.

L’entreprise néo-zélandaise n’est pas la seule à s’est lancée dans cette initiative car, en 2019, Microsoft Japon a également testé la semaine de 4 jours pendant 1 an. Chaque vendredi, les bureaux accueillant plus de 2 300 salariés étaient fermés.  Microsoft Japon a également limité le temps des réunions à trente minutes maximum, et a favorisé les échanges « humains » plutôt les échanges par mails.

Au bout d’un an d’expérience, la productivité des employés s’est vue bondir de 39,9%. La consommation d’électricité a chuté de 23,1%, et celle du papier d’impression de 58,7%. Selon The Guardian, Microsoft Japon a également prévu d’accorder une subvention d’environ 900 dollars à chaque employé pour partir en vacances. Ces initiatives visent notamment à lutter contre le phénomène du «karoshi» (mort d’épuisement au travail) et à favoriser le taux natalité, fortement en baisse dans le pays. 

Aujourd’hui qu’on soit, salarié, entrepreneur ou freelance, cette expérience nous prouve qu’en changeant 2/3 choses dans notre quotidien, il est possible d’être plus productif, de gagner beaucoup de temps et même d’augmenter les résultats.

Alors convaincu par la semaine de 4 jours ?

Work less, get more